Chronique – Marquer les ombres ϟ

marquer-les-ombres-836014-264-432Titre : Marquer les ombres
Titre original : Carve the mark
Auteur : Veronica Roth
Edition et collection : Nathan
Date de publication : 17/01/17
Pages : 478
Prix : 17,95 euros
Genre : Young Adult – SF 

Résumé : 

Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un “don”, un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui
gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables.
Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider – ou décider de se détruire.

Il y avait une faim en moi, depuis toujours. Elle était plus forte que la douleur, plus forte que l’horreur, et continuait à me ronger même quand toutle reste en moi avait renoncé. Ce n’était pas de l’espoir; ça ne me portait pas; ça rampait, ça me tirait en s’accrochant avec des griffes, sans me laisser le choix.
Et lorsque je cherchais finalement à le nommer, je m’aperçus que c’était quelque chose de très simple : le désir de vivre.

Mon avis : 

L’objet-livre 

Bien que très simple et très énigmatique, c’est la couverture qui a fait le plus gros du travail avec moi et m’a donné envie de découvrir ce roman. Je la trouvé juste sublime et surtout absolument pas parlante. Elle est empreinte de mystère et c’est ce qui fonctionne aussi bien à mon sens. En tout cas, un sans faute pour moi, j’adhère !

Le roman et ses personnages 

Même si j’écris cette chronique presque un mois après la fin de ma lecture, je me souviens très bien de la difficulté que j’ai eu à entrer dans ce roman, et dans cet univers si particulier et assez complexe à totalement cerner. Au début, dès que je prenais le livre, je n’en lisais que quelques lignes, une page tout au plus, avant de le reposer sans parvenir à m’y immerger vraiment. Mais une fois que ce fut enfin le cas, j’avais du mal à le lâcher. On se laisse au final prendre au jeu de ce récit mais honnêtement, il ne faut pas avoir peur de s’accrocher un peu ! Car même une fois dans l’intrigue, une fois plongée dans le monde, j’avais parfois du mal à voir où l’auteure voulait nous mener et donc, j’ai eu un peu de mal au premier abord avec ce roman.
Cependant, une fois que l’on pénètre dans le monde créé par Veronica Roth, on est dedans et on a du mal à s’en sortir. Pénétrant dans une galaxie différente de la nôtre, et des mondes à part, il est nécessaire que des bases soient posées et c’est ce qui ralentit parfois un peu la lecture. Cependant, on prend très vite le pli avec les termes totalement nouveaux pour nous. Nous pénétrons dans un univers à part et si les habitants de certains planètes sont semblables physiquement à nous, c’est vraiment dans un monde de Science-fiction que l’on débarque. Il faut donc bien comprendre tout ce monde et je pense que le côté introducteur était nécessaire même si un peu trop longuet à mon sens.
L’intrigue émerge au final assez lentement et j’ai pour ma part eu beaucoup de mal à voir où l’auteur voulait en venir véritablement. Je pense que l’introduction de l’univers, des personnages prend le pas sur l’intrigue en tant que telle et que celle-ci ne se dévoile vraiment que dans la seconde moitié du récit. En effet, pendant la plus grande partie du roman, on découvre Cyra et Akos qui sont forcés de cohabiter et vont peu à peu en découvrir plus de l’un et de l’autre et en venir à s’apprécier, et à découvrir des choses sur eux-mêmes qu’ils ne savaient pas. Le récit est vraiment autour d’eux, de ce lien qui naît peu à peu entre eux, et au final assez peu autour de la rébellion, et de la guerre qui menace le Thuvé comme les Shotet.
J’ai malgré tout beaucoup aimé cette rébellion sous-jacente que l’on voyait apparaître petit à petit dans le récit et surtout la manière dont les choses évoluent. On a vraiment avec le frère de Cyra, un tyran qui veut se lancer dans une guerre et qui attend juste le bon moment, et on comprend très rapidement que si au premier abord il est apprécié de son peuple, ce n’est pas le cas. Et que même sa sœur en arrive à le détester. En cela, le récit prend une certaine ampleur et quitte la simple relation naissante entre Akos et Cyra. C’est toute cette dimension politique qui m’a le plus subjugué et le fait que tout se fasse petit à petit pour mener à un final tout de même assez explosif…. C’est cela qui a rendu le roman aussi génial à mes yeux !

Ajoutons à cela deux protagonistes hors du commun, et ce roman en devient vraiment très bon, d’autant plus que durant toute la première partie, le récit est vraiment centré sur les personnages en eux-même. On fait connaissance d’abord avec Akos. Venant d’un territoire pacifiste, il va être enlevé par les Shotet à cause de son nom de famille et du destin énoncé par les oracles, son destin dans lequel il est lié à la famille de Cyra. J’ai eu un gros coup de coeur pour ce personnage dont j’ai aimé la sensibilité, et que j’ai aimé voir évoluer et changer à cause de son enlèvement. Il devient typiquement le type de personne qu’il exècre et seul le soutien de celle qui devrait être son ennemi lui permet de tenir et de se dire que non, il n’est pas totalement un monstre. Son calme m’a beaucoup plu et j’ai vraiment eu un coup de cœur pour lui, et pour tout ce qu’il représente.
Cependant, Cyra n’est pas en reste puisque j’ai également adoré son personnage. Le fait qu’on la suive à la première personne pour sa part contribue je pense à ce qu’on s’attache à elle plus vite. En effet, c’est un personnage assez froid d’apparence mais j’ai au final très vite apprécié cette jeune fille au don qui la rendait si distante. Elle effraie les gens de part son pouvoir mais aussi car elle est l’instrument de son frère. C’est par ailleurs le fait qu’elle soit utilisé comme un objet par ce tyran qui l’a rendu très vite aussi touchante à mes yeux.
Si nos héros sont très différents, ce sont ces différences qui les rapprochent ainsi que ce qu’ils ressentent puisqu’ils sont tout deux hantés par leurs actes. En cela, ce duo m’a énormément plu et j’ai eu un coup de cœur pour eux. Je trouve que l’on croit à cette façon qu’ils ont de se découvrir et de s’apprécier peu à peu. Ils ont besoin l’un de l’autre et cela s’en ressent très vite. Ils sont un gros point fort pour le roman car on ne peut qu’accrocher avec eux et se sentir touché par ses personnages.
En règle générale, d’ailleurs, j’ai trouvé que les personnages étaient très bien construits. Même ceux qui nous apparaissent de suite comme très fort ont leurs faiblesses qui se dessinent petit à petit au fur et à mesure de la lecture de ce roman. J’ai vraiment apprécié ces personnages, comme j’en ai d’ailleurs détesté certains, le frère de Cyra, par exemple, pour ne citer que lui…

L’écriture 

J’avais déjà particulièrement apprécié l’écriture de Veronica Roth en lisant les Divergente, et je l’ai également beaucoup aimé dans son nouveau roman. La division en deux voix narrative était très intéressante et le fait que l’une soit à la première personne et l’autre non dynamisait énormément les choses !

Et alors, pour conclure ?

Si le démarrage était très long, l’intrigue n’apparaissant qu’un peu tard pour moi, j’ai au final vraiment adoré ce premier tome. Je me demande véritablement comment les choses vont évoluer et voir ce qu’il va advenir des personnages, de cet univers entier d’ailleurs ! Une guerre se profile lentement et il me tarde de voir comme tout cela va péter car il est clair que je n’attends que cela !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s