Chronique – La cave ϟ

Titre : La cave 
Titre original : The cellar
Auteur : Natasha Preston
Edition et collection : Hachette – Jeunesse 
Pages : 397
Date de sortie : 19 avril 2017
Prix moyen : 18 euros 
Genre : Thriller – Young Adult 

51U2-XMVvqL._SX210_Résumé :

Trèfle, un homme à la folie maniaque et meurtrière, séquestre Rose, Iris et Violette, trois filles, dans sa cave. Un jour, Summer croise la route de cet homme et ne rentre pas chez elle : il l’enferme dans sa cave et la rebaptise Lilas. Mais contrairement aux autres, Lilas ne compte pas accepter son sort jusqu’à faner.

La question est toute simple et la réponse est « jamais ». L’enjeu n’est pas d’abandonner ou non, c’est de survivre. Je ne sais pas si nous sortirons d’ici en vie, mais accepter ses conditions est notre seule chance d’y parvenir.

Mon avis :

L’objet-livre 

Avec cette couverture à la fois sombre et simple, je trouve que tout est dit. Avant même de se plonger dans cette lecture, la couverture donne à voir un roman qui sera troublant et délicieusement flippant à sa manière. Je l’ai trouvé vraiment agréable et personnellement, elle a fait beaucoup du travail pour me faire acheter ce bouquin. Toute en sobriété, elle était suffisamment parlante pour me donner à elle-seule la chair de poule et c’est entre autre pour elle que je me suis laissée prendre au jeu et que j’ai lancé cette lecture.

Le roman et ses personnages 

Si je comprends que l’on ne puisse pas entrer de suite dans l’histoire et que le roman ait paru long à certains lecteurs, pour ma part, je crois que dès la première ligne j’étais à fond dedans. J’ai aussitôt eu envie de savoir ce qu’il allait se passer et surtout de connaître le dénouement et, en cela, le roman m’a véritablement prise aux tripes. J’avais beaucoup de mal à le poser malgré certains passages un peu fort qui me faisait faire quelques petites pauses.
Dans ce roman, nous découvrons la jolie Summer qui mène sa petite vie sans trop se soucier de rien. Cette vie va basculer quand elle va croiser la route du mauvais bonhomme, qui va l’enlever pour l’enfermer dans sa cave. Là, elle n’est pas seule mais les trois autres filles présentes avec elle semblent accepter leur sort, et Summer va devoir prendre le pli. Cependant, elle garde en elle une flamme animé par l’amour de Lewis, son petit ami, et de sa famille. Impossible d’imaginer qu’elle ne les retrouvera pas.
Plongé dans ce huis-clos, il est vrai que c’est en soit un peu répétitif quand on suit le personnage de Summer, et qu’il faut parfois s’accrocher. Cependant, j’ai trouvé que cela montrait bien toute l’ampleur de cet enfermement et que c’était parfaitement bien mené. Oui, elles vivent dans la monotonie, alors on donne au roman ce même sentiment de monotonie. Et si cela fonctionne, c’est tout simplement parce que les émotions et sentiments sont parfaitement bien mis en place et sonne de manière très vraie.
De plus, quand on commence à étouffer auprès des « fleurs », nous passons à un autre point de vue, celui de Lewis ou Trèfle, puisque les trois personnages se partagent la narration. J’ai apprécié de découvrir le personnage de Lewis et de voir également la façon dont les choses évoluaient de son côté. C’était véritablement plaisant de pouvoir partager plusieurs points de vue, et cela empêchait de s’ennuyer dans la lecture. Car même si le choix d’être répétitif se comprenait, il est vrai que cela aurait pu très vite devenir trop.
Malgré le côté répétitif des scènes dans la cave, et même des émotions qui demeuraient les mêmes bien souvent, il se passait parfois des choses qui venaient bouleverser le quotidien nouveau de Summer. Alors même qu’elle s’efforçait de devenir Lilas, elle était amené à se heurter à des événements brutaux qui la ramenait constamment à rejouer la scène de son arrivée et la peur qui lui tordait les entrailles. Elle n’avait pas même le temps de s’habituer à une chose qu’un nouveau drame survenait et elle devait faire preuve à nouveau de beaucoup de courage pour effacer une nouvelle scène de son esprit.
Plus ça allait, plus le roman s’enfonçait dans l’horreur des scènes d’enfermement et plus Summer parvenait à agir et penser de manière plus détachée. Cependant, j’ai aimé qu’elle ne perde jamais de vue son objectif final et qu’elle continue d’être choquée par les horreurs qu’elle voyait. Elle parvenait juste plus facilement à le cacher. C’était un roman psychologiquement très intéressant car il exploitait vraiment les faiblesses et que l’on voyait jusqu’où ces personnages étaient près à aller pour sauver leur vie, ce qu’il pouvait endurer par peur.
De plus, j’ai beaucoup aimé la tout fin. J’avais peur d’avoir droit à un happy ending mais jusqu’au bout, la psychologie de cette fin de roman était à la hauteur. On découvre une Summer qui peine à quitter Lilas, cette personne qu’elle ne voulait pas devenir à la base. Et j’aime que le final ne soit pas le Happy Ending que l’on attendait tant que ça. Là, l’auteur rend la psychologie très forte et très vraie.

Les personnages sont sans aucun doute l’un des plus gros points forts du roman. D’une part pour le côté psychologique très fort mais aussi car ils sont très bien construit. De fait, Summer est une héroïne vraiment sympathique et j’ai beaucoup aimé la découvrir. Non seulement elle est intelligente mais en plus, elle est très courageuse. Si au début elle n’a qu’une envie, s’évader au plus vite, elle va malheureusement se rendre compte qu’il faut qu’elle fasse attention si elle tient à sa propre vie. En cela, je l’ai trouvé tout particulièrement courageuse et elle m’a beaucoup touché. Malgré ce courage sans borne, elle n’en demeurait pas moins une gamine effrayée et j’ai aimé voir cette peur revenir parfois à la charge aux moments les plus complexes.
Du côté des fleurs, j’ai aimé découvrir les différentes facettes de ces filles paumés. Par bien des aspects, certaines étaient parfois plus intéressantes que Summer mais le fait que cette dernière avait une famille bousculait les codes et permettait des rebondissements avec l’enquête policière et la hargne de Lewis. C’est en cela qu’elle était une réelle héroïne et le personnage le plus intéressant.
Lewis m’a pas mal plu car il ne dérogeait jamais à sa règle : retrouver Summer. Il m’a énormément touché et malgré son jeune âge, j’ai trouvé son amour bouleversant. D’autant plus que c’est cet amour qui permet à l’un comme à l’autre de tenir. En cela, ce roman est pour moi une des plus jolies histoires d’amour que j’ai lu ces derniers temps.
Mais plus encore que Lewis, j’ai été ravie de suivre le point de vue de Trèfle. Je ne savais pas que c’était le cas au début du roman, et j’ai vraiment aimé découvrir la psychologie de ce personnage et peu à peu comprendre pourquoi il agissait comme il le faisait, notamment aux détours des flash-back. Même si je ne cautionne pas du tout ce qu’il fait, et qu’il demeure quelqu’un de malade, il n’empêche que ses motivations se comprennent peu à peu dans la personne qu’il est. J’ai adoré les chapitres où ils parlaient car ils avaient une réelle profondeur et permettait en plus d’en savoir plus sur les autres fleurs.

L’écriture 

J’ai beau être très facilement rentrée dans l’histoire, je peux reproché une plume un peu jeune à l’auteur. Certes, quand il s’agissait de Summer, cela rappelait à quel point elle pouvait être jeune. De même, avec le personnage de Lewis, l’âge aidant, cela n’était pas trop gênant. Mais cette caractéristique s’étendant également à Trèfle, il s’avère qu’il s’agit juste de la plume de l’auteur et c’est pour moi un petit bémol.
Bémol qui se rattrape cependant adroitement avec la psychologie des personnages très bien écrite et développée. De même, j’aime toujours autant de voir plusieurs narrations dans un même récit. J’aime couvrir ainsi tout l’univers d’un roman. Donc pour cela, le bémol s’est vite vu effacé.

Et alors, pour conclure ?

Dès la première page et jusqu’à la dernière, ce roman m’a tenu en haleine. Non seulement j’avais envie de connaître la fin de ce roman, mais en plus, j’avais cette malsaine envie de savoir jusqu’où Trèfle pouvait aller dans l’horreur. Une envie et en même temps une sorte de peur de voir jusqu’où allait le mal en lui. Je me suis donc laissée prendre au jeu et La cave a été une super bonne lecture que je conseille.

 

Publicités

6 réflexions sur “Chronique – La cave ϟ

  1. Habituellement, je ne suis pas attirée par ce genre de romans (je suis un peu peureuse), mais pour le coup, ta chronique m’a vraiment donné envie ! Surtout le fait que la psychologie des personnages est bien approfondie. Je vais peut-être me laisser tenter, ça fait du bien des fois de sortir de sa zone de confort 🙂
    Victoire

    J'aime

    1. N’hésite pas à tenter car cela reste assez jeunesse donc je pense que tu ne devrait pas avoir trop peur Ou que que ce soit du genre. En tout cas, j’aimerais avoir ton avis dessus donc n’hésite pas à me le dire si tu te lances 😉 Je suis contente de t’avoir donné envie de le lire en tout cas ☺️

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s