Chronique – Blacklistée ϟ

Titre : BlacklistéeBlacklistee
Titre original :
Life Unaware
Auteur :
Cole Gibsen
Edition et collection :
PKJ Poche
Pages :
345
Date de sortie :
4 mai 2017
Prix moyen :
6,90 euros 
Genre : 
Jeunesse

Résumé :

En apparence, Regan Flay a tout ce dont on peut rêver. A 17 ans, elle est populaire, étudie dans l’un des meilleurs lycées du monde, et ses parents ont les moyens de satisfaire le moindre de ses souhaits. Mais sa vie bascule le jour où, en arrivant en cours, Regan découvre ses textos et messages privés Facebook placardés sur les murs du lycée. Vacheries, mensonges, insultes, manipulations : tout est là, exposé aux yeux de chacun. En une seconde, elle passe du statut de princesse à celui de véritable paria. Ses amis lui tournent le dos, et les autres élèves du lycée commencent à lui faire vivre un véritable enfer. Elle trouve du soutien auprès de Nolan, un jeune homme plutôt beau garçon mais légèrement dysfonctionnel socialement. Ce dernier découvre vite que Regan est tout sauf la miss Parfaite qu’elle voulait bien montrer. Sous sa carapace, c’est une jeune fille angoissée, qui a du mal à supporter les exigences de sa mère concernant son avenir. Car rester toujours au top demande une sacrée dose d’énergie, et aucun échec n’est envisageable. Pourtant, la chute de Regan n’est qu’un début, et personne n’en sortira indemne…

Les murs ne sont qu’un symbole, mais j’ai l’espoir que remplacer les mots empoisonnés dans nos cœurs par des preuves d’amour pourra peut-être effacer certaines de nos cicatrices.

Mon avis :

L’objet-livre 

J’ai choisi pour ce roman une version poche et je suis bien contente que malgré le changement de format, ce soit la même couverture car je la trouve vraiment très parlante. Sans même lire le roman, ou son résumé, on peut deviner à l’image de couverture qu’il va être question de harcèlement et j’ai trouvé que le dessin était véritablement bien pensé tout en apportant une certaine douceur, quelque chose de pur et d’innocent. C’est un dessin à la fois simple et complexe qui m’a énormément plu. Pour moi, ce bouquin est un sans faute en terme d’objet et pour un livre aussi simple.

Le roman et ses personnages 

Dans ce roman, que je voulais lire depuis sa sortie en grand format, nous découvrons Regan, une adolescente qui semble n’avoir d’autres choix que de tout faire pour être parfaite à l’extérieur et qui n’hésite pas, sous ses airs de fille parfaite, à être très méchante avec certaines personnes. Quand tout se retourne contre elle, on découvre une adolescente vulnérable et mal dans sa tête et dans sa peau, en quête constante de l’approbation d’une mère trop dure avec elle.
J’ai vraiment accroché avec cette idée d’un personnage auquel on a presque envie de dire « bien fait ! » quand tout se retourne contre elle. J’ai aimé qu’elle soit à la fois héroïne et anti-héroïne, qu’on l’apprécie autant qu’on ait envie de la secouer dans tous les sens. C’est quelque chose d’intéressant pour le thème du harcèlement de penser que pour une fois, oui, la personne a quelque chose à voir avec ce qu’elle vit. Attention, je ne suis pas du tout en train de prôner le harcèlement, au contraire. Je veux juste dire que j’ai aimé que la victime ici, n’en soit une qu’à moitié.
L’intrigue en elle-même en découlait du coup très facilement avec cette jeune fille qui se retrouvait à devenir la personne la plus détestée de l’école à cause de ses propres dires et de ses propres manipulations. La seule personne sur qui elle peut compter se découvre être Nolan, le frère de sa meilleure amie, qu’elle n’a jusque là jamais apprécié. Mais il se révèle être un véritable pilier pour elle et un lien va naître entre eux. Cela permettait de faire naître une dimension romantique au récit et j’ai trouvé que cela se faisait tellement naturellement que ce n’était pas de trop. Cependant, je m’attendais tout de même à certaines choses et je ne peux pas dire que je me sois trouvée très surprise par certains événements du final.
Entre une thématique qui me plait et dont j’ai aimé la manière d’être abordée, une intrigue intéressante et plutôt bien menée et surtout les passages touchants, notamment sur la fin du récit, je dois dire que j’ai passé un bon moment avec ce roman. La manière dont les choses sont amenées m’a plu car assez inédite dans le domaine du harcèlement. La dimension de pardon qui flotte sur tout le roman m’a beaucoup touché et j’ai aimé tout particulièrement que ce soit la victime qui ressente le besoin de se faire pardonnée en se sachant bourreau. C’était quelque chose de très fort à mon sens.

Regan est un personnage que j’ai aimé très rapidement car on se rend très vite compte qu’elle est une jeune fille qui vit sous l’emprise de sa mère et qui, a trop vouloir bien faire, en est devenue cette adolescente futile et mauvaise, malsaine. Je me suis sentie très rapidement proche d’elle, même quand elle était encore cette petite peste car on comprend dès le début du récit qu’elle a de grosses fêlures et que sa mère et le comportement de celle-ci lui pèse dessus. Puis quand elle se retrouve victime de ses actes, j’ai découvert une Regan à la fois très faible, et très forte et j’ai adoré son évolution tout au long du récit.
Evidemment, cette évolution est dû à ce qui lui arrive mais aussi à son lien avec le personnage de Nolan. Si au début le jeune homme la déteste, et réciproquement, il va devenir un réel soutien pour elle et j’ai aimé la simplicité de ce lien qui se faisait plus fort tout au long du récit. Si j’ai adoré Regan, j’ai également beaucoup apprécié l’adolescent. Un peu étrange, très secret, il m’est apparu comme quelque chose de bien dans la vie de Regan à ce moment précis et son évolution lui est tout autant dû.
S’il y a bien un personnage que j’ai détesté, ce n’est pas ceux des harceleurs de Regan mais plutôt celui de la mère de celle-ci. A mes yeux, c’est la seule véritable harceleuse et elle m’a donné envie de la secouer comme un prunier pour lui faire comprendre que sa fille avait besoin d’une mère et pas d’un sergent instructeur. A côté, les bourreaux de Regan, bien que j’ai eu envie d’en taper un ou deux, m’ont beaucoup moins déplu.
En réalité, ce roman ne met pas tant que cela en scène le harcèlement de Regan. On le comprend et on voit qu’elle souffre mais elle est bien plus souvent isolée que réellement harcelé. C’est par d’autres menus détails que vient apparaître la domension de harcèlement et même si on en veut aux lycéens autour de Regan, au fond, certains m’ont fait de la peine. Beaucoup de peine. C’est difficile le lycée, et la vie d’adolescent et je trouve que ce roman et ses personnages l’illustre très bien.

L’écriture 

J’ai tout de suite accroché avec la plume de l’auteur. Non seulement je l’ai trouvé belle dans sa simplicité mais capable de raconter des choses fortes sans trop en faire, avec cette simplicité qui fait du bien. Plus encore, j’ai beaucoup aimé le parti pris dans cette histoire et la manière de raconter les choses, le point de vue pris. Ce récit était bien mené et bien écrit, une belle ballade qui se lit, se dévore, d’une traite.

Et alors, pour conclure ? 

Aucun doute que ce roman a été une belle découverte pour moi. Le thème me parle énormément et j’aime beaucoup la littérature autour mais celui-ci avait un goût d’inédit qui a fait son effet pour moi. Je voulais le lire depuis très longtemps et je suis ravie de l’avoir enfin fait. Il fait sans aucun doute partie des romans qui auront toujours une place particulière dans ma tête et dans mon coeur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s