Chronique – Nous sommes cruels ϟ

Titre : Nous sommes cruels 
Auteur : Camille de Peretti 
Edition et collection : Le livre de poche 
Pages : 282
Date de sortie : 2008
Prix moyen : 6,60 euros 
Genre : Contemporain – Epistolaire

Résumé :
Julien et Camille sont faits pour s’entendre. Fascinés par la littérature du XVIIIe siècle, élèves brillants, cyniques, ils ont la conviction de s’être trompés d’époque. Et surtout une dévorante envie de s’amuser et d’affirmer leur toute-puissance. Alors quoi de mieux pour combler leurs aspirations que de se prendre pour le vicomte de Valmont et la marquise de Merteuil ? Quelques règles, de nombreuses  » proies  » à séduire, un maximum de  » trophées « … Les voilà  » partenaires de crime « , maîtres d’un jeu cruel dont ils tirent les ficelles en redoutables manipulateurs. Mais c’est un jeu dangereux, qui risque de se retourner contre eux et de les précipiter dans ce qu’ils redoutent le plus : devenir des adultes…

Mon avis :
Connaissez-vous Les liaisons dangereuses ? Personnellement, je trouve ce roman assez fascinant et c’est pour cela que depuis que j’ai entendu parler de Nous sommes cruels, je voulais découvrir ce roman épistolaire qui suit le modèle du récit de Laclos. Alors quand je l’ai reçu dans le Swap (oui, encore ce fameux Swap…) comment vous dire que j’ai trop contente ? Evidemment, il a été lu relativement rapidement car je l’ai commencé aussitôt après avoir fini Ma raison de vivre et que le lendemain, il était terminé.
C’est un univers fascinant qui s’ouvre à nous dans cette réécriture avec des personnages tout aussi fascinant. En effet, j’ai trouvé Camille et Julien particulièrement tordus dans leur genre et j’ai bien retrouvé chez eux les personnages de Laclos. Et forcément, j’ai adoré ce bouquin.
Le genre épistolaire est vraiment un style que j’apprécie. Et j’ai trouvé qu’ici c’était très bien mené. On découvrait petit à petit du passé, du présent des personnages et le fait que ce soit fait de manière épistolaire laisse du mystère. On ne sait que ce qu’ils veulent nous dire et se dire l’un à l’autre et cela donne une part très mystérieuse à tout le récit, notamment sur la fin.
J’ai beaucoup aimé comment peu à peu les relations se faisaient et se déliaient, j’ai apprécié de voir les manigances de Camille et Julien et de les voir peu à peu s’entraîner sur une pente particulière et peu à peu dramatique. Cela m’a beaucoup rappelé Sexe Intentions, un film qui est également une réécriture de Laclos, et dont le décor moderne est le même que celui de Nous sommes cruels. Il était donc bien plus facile de s’immerger dans le roman, et c’était même tout à fait plaisant de le faire.
Je ne saurais trop que dire de plus de ce roman. Car oui, c’est un roman fascinant et drôlement intéressant dans son genre. Et comment dire que je l’ai tout particulièrement apprécié. Ceci dit, trop en dire me semble difficile. Il ne faudrait pas le gâcher, après tout. Alors je vous invite à découvrir ce sympathique roman, il est vraiment cool. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s