Chronique – Uglies ϟ

Titre : Uglies
Titre original : Uglies
Auteur : Scott Westerfeld
Edition et collection : Pocket Jeunesse
Pages : 432
Date de sortie : Novembre 2007
Prix moyen : 13,50 euros
Genre : Dystopie

Résumé :
Tally aura bientôt 16 ans. Comme toutes les filles de son âge, elle s’apprête à subir l’opération chirurgicale de passage pour quitter le monde des Uglies et intégrer la caste des Pretties. Dans ce futur paradis promis pas les Autorités, Tally n’aura plus qu’un préoccupation, s’amuser…
Mais la veille de son anniversaire, Tally se fait une nouvelle amie qui l’entraîne dans le monde des rebelles.Là-bas, elle découvre que la beauté parfaite et le bonheur absolu cachent plus qu’un secret d’Etat : une manipulation.
Que va-t-elle choisir ? Devenir rebelle et rester laide à vie, ou succomber à la perfection ?

Mon avis :
Ah Uglies… Ce roman que j’avais commencé quand il est sorti et qu’il me faisait de l’oeil depuis le CDI du collège et qui s’est avéré ne pas me plaire du tout. Oui, bon, j’avoue que tout ce qui avait trait à la science fiction et compagnie, ce n’était pas trop mon délire à l’époque mais avec toutes les dystopies que j’ai découverte et appris à apprécier en ce moment, c’était une évidence qu’il me fallait retourner vers ce premier tome qui me faisait à nouveau de l’oeil depuis peu.
J’ai donc fini par me replonger dans cette saga, fin septembre et je dois avouer que je suis plutôt ravie de m’être décidé enfin parce que j’ai passé un très bon moment de lecture. Bien que loin d’être ma dystopie favorite, j’ai vraiment aimé l’idée de base, la rapidité des chapitres qui rendaient l’histoire très rapide sans trop l’être, les personnages très complets et intéressants…
En premier lieu, se plonger dans un monde qui est à la fois si similaire et si différent du nôtre étant toujours un plaisir, j’ai vraiment aimé m’immerger dans ce monde de beauté suprême et uniforme qui pourrait en effet très bien être un prolongement du nôtre. J’ai aimé voir les enjeux de cette beauté apparaître petit à petit et j’ai surtout aimé la manière dont elle conditionnait les gens. C’était d’autant plus voyant dans certains des réactions et discours de Tally qui croyait fermement en ce qu’elle disait.
Tally, justement, est un personnage très complet et que ses choix, ses rencontres, ses actes vont faire grandir et vont la faire prendre conscience de certaines choses. Peu à peu, ses façons de voir les choses vont changer mais elle apprend tout par elle-même parce qu’elle est une personne intelligente. C’est ce qui en fait une héroïne aussi forte et aussi intéressante. Tally n’est pas juste une gamine qui a des rêves de rébellion. Au contraire, même, elle adhère au début totalement à cette société. C’est petit à petit que l’on va voir son opinion changer. Et c’est vraiment ce qui m’a plu chez elle. A défaut d’autres personnages de dystopie, Tally n’a rien d’une rebelle, mais elle va le devenir en s’attachant à certaines personnes et surtout en voyant les choses s’afficher peu à peu sous ses yeux.
A la différence de son amie Shay qui, quant à elle, n’adhère pas du tout à ce système de beauté suprême et a envie de fuir. C’est d’ailleurs grâce à elle que tout se passe puisqu’elle est celle qui va entraîner la jeune femme dans ce monde de rebelle. Je n’ai pas toujours accroché avec Shay même si j’ai beaucoup apprécié son amitié avec Tally. Elle était un personnage intéressant pour ce qu’elle apportait à l’histoire mais certaines de ces réactions avaient quelque chose d’agaçant et elle avait un côté très enfantin au final que Tally n’avait pas.
David, et les habitants de la fumée en règle générale, était des personnages vraiment très intéressant et j’ai vraiment aimé l’immersion de Tally dans ce monde si différent du sien. Cette « ville » était ce qui était le plus proche de notre monde à nous et on se rend vite compte que malgré des manques cruels de moyen, c’est un monde bien plus agréable que celui que viennent de quitter Shay et Tally. C’est pourquoi on comprend d’autant plus la culpabilité de cette dernière que j’ai trouvé vraiment très bien mise en avant et bien décrite, de la même manière que ses changements d’idées et de points de vue.
Le fait que les chapitres soient courts rendaient l’intrigue très dense et ne nous laissaient pas nous ennuyer et j’ai donc très rapidement terminé ce premier tome. Que j’ai bien aimé, beaucoup même. L’intrigue est très bien mené et on découvre plusieurs choses qui rendent la suite très attrayante et j’avoue me demander encore pourquoi je n’ai pas foncé de suite sur la suite parce que la fin laissait présager de sacrées aventures.
Il me tarde de me replonger dans ce monde en quête de liberté, de voir le plan de Tally et compagnie en action, et surtout de retrouver des personnages que j’ai appris à apprécié. Si ce n’est pas la dystopie du siècle et si j’ai largement préféré Divergente, pour ne citer qu’elle, je suis pressée d’en découvrir la suite.

Je tiens à préciser qu’écrire cette chronique plus d’un mois après ma lecture a été très difficile d’où sa petitesse et le peu de détails mis dedans. Je m’en excuse profondément.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s