Chronique – La délicatesse ϟ

Titre : La délicatesse
Auteur : David Foenkinos
Edition et collection : Folio
Pages : 210
Date de sortie : 2010
Prix moyen : 7 euros
Genre : Contemporain

Résumé :
Tout va pour le mieux pour la belle et discrète Nathalie jusqu’au jour où elle perd l’homme qu’elle aime dans un accident. Elle sort de son deuil d’une façon inattendue, par un baiser anodin avec un collègue de travail qui n’avait a priori rien pour lui plaire.

Mon avis :
Sans nul doute, ce livre porte très très bien son nom. Je l’ai trouvé très doux, très délicat, dans sa manière d’être narré et pourtant, il traite de sujets particulièrement grave et durs, puisque Nathalie perd tout de même son époux. Et qu’elle traverse une période de deuil assez difficile tout de même. Ce qui, en soit, me semble tout à fait logique. D’autant plus que Nathalie et François, c’était une évidence. Leur rencontre, leur mariage, leur vie… Ils étaient heureux tous les deux et d’un bonheur tout particulièrement simple qui donne envie. Et puis, un beau jour, tout dérape et François se fait percuter par une voiture, tombe dans le coma puis perd la vie. Commence alors la vie de Nathalie sans son époux.
L’auteur dépeint les choses avec un certain recul, qui est accentué par le fait qu’il jongle entre les émotions et sentiments de plusieurs personnages. Ainsi, on ne suit pas seulement François et Nathalie, mais aussi Charles, le patron de la jeune femme, certains de ses collègues… Et, pareillement, il y a assez peu de dialogue. Parfois, plusieurs années passent en une ellipse et, à d’autres moments, des passages de leurs vies s’étendent sur trois-quatre chapitres. Les chapitres, d’ailleurs, sont relativement court, ce qui fait qu’il y en a une sacrée quantité mais cela ne représente qu’un nombre. La courte durée de chaque chapitre ne donne qu’une plus grande impression de rapidité et du temps qui passe. Ou au contraire, un sentiment de longueur.
Le temps que François et Nathalie passent ensemble est court, sur la longueur du roman, à l’inverse du temps que Nathalie va passer avec ce collègue qu’un jour, sans même savoir pourquoi, elle va embrasser. Cet homme qui, au premier abord, n’aurait jamais dû plaire à la femme qu’est Nathalie, cette femme qui ne pense pas pouvoir aimer à nouveau, va se révéler pouvoir la faire rire et sourire à nouveau.
C’est une histoire très simple et en même temps très complexe, comme c’est toujours le cas quand il s’agit de deuil. Mais les mots de l’auteur la rende relativement simple. Et pleine d’émotion malgré tout. Le personnage de Nathalie est une femme qui s’avère tout particulièrement forte face à la mort de son époux même si elle vit au début un deuil relativement compliqué. Elle trouve dans son travail un moyen d’apprendre à revivre puis dans son histoire avec son collègue. Et elle se relève peu à peu.
C’est une histoire somme toute assez jolie et qui se lit très rapidement. Le roman est découpée entre chapitre et anecdotes, petites notes de bas de page, qui ajoute une proximité tantôt avec l’auteur, tantôt avec les personnages. Et j’ai passé un très bon moment de lecture avec ce petit roman qui met du baume au coeur malgré son histoire au fond très triste tout de même.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s