Chronique – Hôtel, chambre Un ϟ

Titre : Hôtel, Chambre Un
Auteur : Emma Mars
Edition et Collection : First Editions
Pages : 534
Date de sortie : 2014
Prix moyen : 15,90 euros
Genre : Erotique

Résumé :
Annabelle, Elle pour les intimes, est étudiante le jour et escort girl la nuit.
Suite à sa rencontre avec le richissime et séduisant David Barlet, magnat de la presse, Elle décide d’abandonner sa double vie pour devenir une épouse modèle. Mais pas avant d’avoir accepté une dernière mission. Celle-ci se révélera un peu spéciale : cet ultime client n’est autre que Louis Barlet, le frère de David. Terrifiée à l’idée que l’homme de sa vie puisse découvrir son terrible secret, Elle se voit contrainte de satisfaire le moindre désir de Louis, entre soumission et séduction. Sortira-t-elle indemne de ce jeu pervers ?

Mon avis :
Si la quatrième de couverture avait su me séduire, c’est bien l’unique chose qui l’aurait fait avec ce roman. A part peut-être son écriture que l’on sent bien française, et qui permet une lecture plutôt agréable. Autant le fond de l’histoire semble intéressant, autant l’histoire en elle-même s’est révélée totalement tordue. Mais genre… Vraiment. J’ai véritablement eu l’impression de lire les divagations d’un esprit tellement pervers que ça en devenait presque déroutant à force. Et limite choquant ! Alors ok, de la littérature érotique peut être fréquemment choquante mais là…
Quand aux personnages… Mon Dieu, mais ce qu’ils peuvent être détestable ! J’ai eu envie de secouer Annabelle comme un prunier, tellement elle m’a paru totalement sotte des fois. Et manipulable. Elle paraissait effacée comme tout, et ressemblait à une foutue potiche les trois quart du temps. Elle m’a fait de la peine. Il n’y a que quand madame se bouge un peu et s’énerve qu’elle est intéressante. Habituée au caractère fort, je pense que j’ai eu du mal avec cette jeune femme qui est sans doute la nana la plus tarte du monde, et qui a l’esprit le plus tordu du monde. Elle pense au sexe absolument tout le temps et j’ai trouvé que cela frôlait l’indécence parfois. J’ai eu clairement envie de la tarter. Parce qu’excusez-moi mais quand votre mère est à l’hosto et que vous êtes capable de vous demandez si votre meilleure amie se caresse dans le lit à côté du vôtre, y’a un sérieux problème quoi… Donc non, Annabelle m’a juste parût déplacée, stupide et totalement à côté de la plaque.
Quand aux frères Barlet, les deux ne sont que deux connards manipulateurs, complètement obnubilé par le passé, et tellement pervers et tordus que j’ai eu envie de les frapper à coup de pelle. Autant dire qu’ils sont loin d’être les personnages qui ont relevés le niveau à mon goût. David est vite apparu comme le connard en chef, mais Louis bien que plus intéressant, ne vaut guère mieux que lui. Je ne leur ai trouvé aucune qualité, hormis peut-être leur petite rivalité qui était intéressante. Mais des triangles amoureux avec des frangins… Putain, c’est du réchauffé !
En soit, je n’ai trouvé qu’un seul personnage qui me plaisait, et c’est la mère d’Annabelle, Maude. Atteinte d’un cancer et qui n’en a plus guère longtemps à vivre qui est le seul personnage qui m’a touché. Sa manière de se laisser passer en dernier à chaque fois, sa volonté de vivre… En d’autres termes, elle était le seul personnage qui relevait un peu le niveau. Même si je dois reconnaître que Sophia, la meilleure amie d’Annabelle avait quelque chose d’intéressant comme personnage. Elle était cependant détestable par moment, comme tous.
Mais les personnages n’étaient pas le pire. Non, je crois que c’est l’intrigue en elle même qui m’a déplut et à rendu la fin de ma lecture tout particulièrement difficile. Rien d’étonnant en soit lorsque l’on voit cette manipulation tellement tordue qu’à la fin, on y croit même plus… Quand une histoire se joue sur fond de vraisemblance, j’aime qu’il n’y ait pas de détails qui soit trop pour qu’on y croit vraiment et là… Bon sang, mais ça m’a tellement agacé… Autant les idées étaient là, autant l’écriture aussi, autant cela restait à mon sens juste de la jolie fioriture parce que le fond ne suivait pas. Et cela ressemblait à un beau dédale de n’importe quoi. Au final, on ne sait plus qui a tort, qui a raison, qui a fait quoi, qui est le gros méchant de l’histoire et qui est, au contraire, le gentil. Et même quand on croit que notre débile profonde d’héroïne va enfin se secouer les puces, et bah noooon ! Madame retombe dans les bras des deux hommes qui la manipulent et la prennent pour leur ex.. Enjoy !
Je ne m’étendrais pas plus sur le sujet, j’ai vraiment détesté ce livre. La seule chose qui m’a plu étant l’écriture qui est parfois vraiment très poétique et qui étiat très bien tourné, mais j’ai vraiment passé un moment proche du très mauvais. Les notes dispatchée à tout va dans le bouquin et qui ont à trait au sexe m’ont bien souvent dégoûté, pour être franche. Sans surprise, je ne lirais pas les deux tomes suivants et je dis adieu à Emma Mars aussi vite que je lui ai dit bonjour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s